>Aller au contenu
04-21 OCTOBRE / 29 OCTOBRE - 1er NOVEMBRE 2021

Vous trouverez ci-dessous :

  • une vidéo replay de l’échange enregistré en présence de Colin Fontaine, chargé de recherche au CNRS au sein du Centre d’écologie et des sciences de la conservation du Muséum national d’Histoire naturelle et de Clémence Rabeau, co-autrice et co-réalisatrice du film.
  • une sélection de questions-réponses bonus (posées par les élèves).

Détails des chapitres :

1. Pour Colin Fontaine / Qu’est-ce que le CNRS ? Qu’est-ce qu’un chargé de recherches ? Qu’est-ce que vous faites ?
2. Pour Clémence Rabeau / Pourquoi avez-vous réalisé ce documentaire ?
3. Sondage à destination des élèves : à votre avis, tous les animaux jouent-ils un rôle important dans les écosystèmes ?
4. Comment filmez-vous tous ces animaux ?
5. C’est quoi, la biodiversité ?
6. Combien de temps a duré le tournage ? et la réalisation du film ?
7. Si tous les prédateurs mouraient, que se passerait-il ? Y aurait-il plus de végétation ?
8. A quoi servent les humains ? Que se passerait-il si on disparaissait ?
9. Sondage à destination des élèves : à votre avis, existe-t-il des espèces menacées de disparaître en France ?

 

10. Avez-vous utilisé des drones pour le tournage ?
11. Dans quelle ville avez-vous tourné ce documentaire ? Combien de kilomètres avez-vous  parcouru ?
12. Pourquoi les animaux sont-ils en voie de disparition ?
13. Pourquoi ne peut-on pas sauver les animaux ?
14. Depuis combien de temps réalisez-vous des films documentaires ? Avez-vous réalisé des films sur d’autres sujets ?
15. Pourquoi certaines espèces disparaissent-elles et d’autres non ?
16. Le tournage a-t-il été dangereux ? Comment avez-vous fait pour filmer tous ces animaux ?
17. Qu’aurait-il pu se passer si l’être humain était resté à l’état primaire chasseur-cueilleur ?

Questions bonus

Comment placez-vous les caméras dans la nature pour que les animaux ne les voient pas ?
 
Clémence Rabeau : Les animaux ne savent pas ce que c’est, une caméra. Donc on ne les cache pas forcément. C’est plutôt à nous de nous cacher avec certains animaux, comme les éléphants ou les rhinocéros, qui peuvent charger, c’est-à-dire nous attaquer. Mais nous sommes toujours accompagnés de professionnels qui nous disent ce que nous pouvons faire ou non, et à quelle distance on peut filmer sans prendre de risque. 
 
Pourquoi avoir choisi l’Afrique du sud ? Pourquoi avoir choisi les animaux de la savane et pas d’autres ?
 
Clémence Rabeau : L’avantage des animaux d’Afrique du Sud, c’est que ce sont de gros animaux, ils sont nombreux dans certaines réserves, donc faciles à filmer. Et tout le monde connait les rhinocéros, les mammifères d’Afrique. Ca parle aux gens, ils les aiment bien. 
 
Pourquoi avez-vous choisi les animaux d’Afrique et pas les animaux marins par exemple ?
 
Clémence Rabeau : Filmer des animaux marins, c’est complètement différent. Ce n’est plus le même budget, il faut louer des gros bateaux, passer des jours en  mer, on a du mal à les repérer dans l’immensité de l’océan, tout le contraire des animaux que nous avons filmés dans le documentaire. Et puis ça veut dire qu’il faut prévoir de filmer sous l’eau, c’est un autre matériel, il faut prévoir une autre équipe, avec des femmes et des hommes qui savent plonger et filmer sous l’eau. Là encore c’est un autre budget. 

Nos partenaires