>Aller au contenu

Vous trouverez ci-dessous :

  • une vidéo de l’échange enregistré avec Frédéric Febvre, réalisateur du film et Meredith Root-Bernstein, chargée de recherche CNRS, Muséum National d’Histoire Naturelle.
  • une sélection de questions-réponses bonus (posées par les élèves).

Détails des chapitres :

1. Pourquoi avez-vous réalisé ce film ?
2. Quelle est la différence entre réintroduction d’espèces et réensauvagement ?
3. Sondage : à votre avis, tous les herbivores ont-ils des prédateurs ?
4. Pourquoi transportez-vous les animaux par les pattes ?
5. Un carnivore a-t-il réussi à s’introduire dans le parc ?
6. Avez-vous eu peur pendant le tournage ?
7. Combien de temps a duré la réalisation du film ? Combien de  personnes y ont participé ?
8. Pour multiplier les animaux, est-ce qu’on ne pourrait pas faire des inséminations artificielles comme dans certains zoos ?

 

9. Le rôle de la girafe dans l’écosystème
10. Les médicaments donnés aux animaux sont-ils dangereux ?
11. Pourquoi, en cas de surpopulation, doit-on abattre les animaux en trop
12. Sondage : à votre avis, est-ce qu’il existe aussi des programmes de réintroduction ou de ré-ensauvagement en Europe ?
13. Avez-vous pu échanger avec des braconniers pour les sensibiliser à la biodiversité ?
14. Beaucoup d’animaux meurent-ils du braconnage ?
15. Y avait-il déjà des crocodiles à Zinave?
16. Pourquoi les cinq grands parcs d’Afrique ont-ils choisi de se réunir ?

Questions bonus

Où les personnes qui tournaient le film ont-elles dormi ? 

Frédéric Febvre : Nous dormions dans un camp de fortune, dans des tentes, dans les ruines d’un vieux lodge. Heureusement, grâce à un groupe électrogène, nous avions de l’électricité pour recharger les batteries des caméras et avions de l’eau chaude pour se doucher.
 
Prévoyez-vous une suite à votre film afin de nous montrer la réintroduction des carnivores ?
 
Frédéric Febvre : Rien n’est prévu pour le moment. Mais l’idée est intéressante et a déjà été évoquée avec mes producteurs. Refaire un film à Zinave dans une dizaine d’années après la réintroduction des grands carnivores et la stabilisation de l’écosystème serait une suite logique.
 
En quelle année prévoyez-vous l’équilibre des écosystèmes ? 
 
Frédéric Febvre : A mon humble avis, sans être un spécialiste du ré-ensauvagement, il faut plusieurs dizaines d’années. Réparer un écosystème est long et fastidieux. L’échelle de temps de la nature n’est pas le même que le notre. Il faut laisser le temps aux herbivores d’ouvrir le paysage, aux carnivores de réguler, à la végétation de se régénérer. Et il y a aussi le facteur humain, l’impact de l’homme… Pour que ce projet réussisse comme tant d’autres, il faut aussi et surtout que la situation politique, sociale et économique du pays soit favorable et pérenne. La notion de rewilding et de ré-ensauvagement est très récente, avec encore beaucoup d’inconnues.
 
Meredith Root-Bernstein : Les écosystèmes n’ont pas d’équilibre, on a émis l’hypothèse des équilibres d’écosystèmes au début du XXeme siècle, mais il n’y a pas d’évidence pour. Les écosystèmes changent de taille, position, et composition tout le temps. Il n’y a pas d’équilibre naturel, mais il y a des situations que l’on préfère, en tant qu’humains qui habitent dans des écosystèmes. Dans le cas de Zinave, je n’ai aucune idée. Généralement, on pense en termes de décennies, ou de siècles. Dans le réensauvagement, c’est difficile de dire quand (ou si) certaines choses vont se passer, car nous ne sommes pas en charge des processus écologiques, et nous ne les comprenons pas complètement.
 
Pourquoi en cas de surpopulation, on doit abattre les animaux en trop ?
 
Meredith Root-Bernstein : Le problème, c’est que s’il y a une surpopulation, deux choses peuvent se passer :
— 1) les animaux en trop vont mourir de faim, donc les tuer pourrait leur donner une mort avec moins de souffrance, tout en évitant le deuxième problème :
— 2) les animaux en trop, s’ils sont herbivores (normalement), vont manger toute la végétation et endommager les sols, ce qui pourrait créer un situation de désertification pendant quelques temps. Mais, il y a d’autres solutions, par exemple, de transporter les animaux à un autre endroit, ou de réintroduire des carnivores.
 
Pourquoi ne pas avoir partagé le parc en deux parties : une partie pour les herbivores, une partie pour les carnivores ?
 
Meredith Root-Bernstein : Parce que les carnivores ont besoin de quelque chose à manger: en occurrence, les herbivores ! Aussi, si on les sépare, et on donne aux carnivores quelque chose d’autre à manger (de la viande produit sur une ferme par exemple), ça serait comme un zoo.  L’idée, à Zinave, ce n’est pas seulement de conserver les animaux, comme dans un zoo, mais de laisser la nature reprendre tout ses processus, toutes ses interactions normales. Cela inclut le fait que les carnivores chassent des herbivores et qu’ils vivent ensemble.

Nos partenaires

Institut des Systèmes Complexes
Mairie du 13e
La Ruche Mouffetard
ADEME
Inserm
Université Paris Sciences et Lettres
Crous
Université Paris Nanterre
ANR
Région académique d'Île-de-France
Fête de la science
Sennheiser
Institut de la Vision
Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation
Natura Sciences
Avoir Alire
Brief.Science
Université Sorbonne Nouvelle
Pint of science
Cultures du cœur Paris
Cercle FSER
La Gazette du laboratoire
VousNousIls
Epsiloon
Usbek & Rica
Pour la science
Cerveau & Psycho
Ciel & espace
TheMetaNews
Universcience
Radio Campus Paris
Télérama
Casden
Andra
IRD
France Universités
CNES
Inrae
FMSH
Canal-U
Synchrotron Soleil
Université Paris Cité
Université Paris-Saclay
IHP
france.tv studio
Procirep
ADAV
ARTE
Ushuaïa TV
Histoire TV
Muséum national d'Histoire naturelle
Institut de physique du globe de Paris
CNC
Ville de Paris
Région Île-de-France
Office français de la biodiversité